INDUSTRIE DE L’ALIMENTATION ANIMALE

Bourse d’études

L’Association de nutrition animale du Canada (ANAC) est heureuse d’offrir la bourse d’études de cycles supérieures de l‘ANAC. Les étudiants admissibles (citoyens canadiens et résidents permanents du Canada) doivent être inscrits à un programme universitaire canadien de cycle supérieur en sciences animales ou dans un domaine d’études connexe et avoir un intérêt particulier (projet de recherche/choix de cours) en nutrition animale.

Two people with a bucket of feed next to a pen with swine.

La bourse d’études de cycles supérieures de l’ANAC est rendue possible grâce au financement des entreprises membres de l’ANAC. L’objectif de cette bourse nationale annuelle est d’encourager les étudiants à envisager de poursuivre une carrière dans l’industrie de l’alimentation animale.

En plus du prix de 4 000 $, le gagnant de la bourse aura l’occasion de présenter sa recherche lors de la séance plénière d’ouverture du Colloque de nutrition animale du Canada (CNAC). Le CNAC est une conférence dynamique qui rassemble des chercheurs et des spécialistes de l’industrie de l’alimentation animale pour échanger des connaissances sur les derniers développements scientifiques liées à la nutrition du bétail.


Récipiendaire de la bourse d’études 2022

La récipiendaire de la bourse d’études de cycle supérieures de l’ANAC de cette année est Amanda J. Fischer-Tlustos, étudiante au doctorat à l’Université de Guelph.

Amanda présentera ses récentes recherches au Colloque de nutrition animale du Canada. Lisez son résumé ci-dessous :

Influence de la teneur en énergie et en protéines de la ration de transition sur la composition et les concentrations en composés bioactifs du colostrum et du lait de début de lactation chez les vaches laitières Holstein

Le colostrum et le lait de transition (TM) sont riches en substrats énergétiques et facteurs bioactifs indispensables au développement du veau; cependant, les facteurs maternels qui en modifient les concentrations ne sont pas bien compris. L’objectif de cette étude était d’évaluer comment la densité énergétique de la ration servie avant le vêlage influence la composition du colostrum et comment la teneur et énergie et en protéines des rations servies avant et après le vêlage, respectivement, influencent la composition du lait de transition et du lait mature. Des vaches Holstein multipares (MP; n = 28) et primipares (PP; n = 20) ont été assignées de manière aléatoire dans un même bloc à une ration de préparation au vêlage (CUD) pauvre (LED; 1,10 Mcal ÉNL/kg de MS) ou riche (HED; 1,52 Mcal ÉNL/kg de MS) en énergie, de 19 ± 4,0 j avant la date prévue de vêlage, ainsi qu’à une ration de début de lactation (PPD) riche en protéines (HPD; 18,5 % de protéines brutes [CP], 1,73 Mcal ÉNL/kg de MS) ou à teneur moyenne en protéines (APD; 15,5 % CP, 1,68 Mcal ÉNL/kg de MS), après le vêlage. Les concentrations en matières grasses, protéines brutes, lactose, azote uréique du lait (MUN) et solides totaux (TS) ont été mesurées par spectroscopie à infrarouge, et les IgG ont été quantifiées par immunodiffusion radiale dans le colostrum (traite 1), dans le lait de transition (traites 2 à 7) et dans le lait mature (16 ± 1,9 j post-partum). Les données ont été analysées à l’aide d’un modèle mixte linéaire considérant les effets fixes de la parité, de la traite, de la CUD, de la PPD et de leurs interactions ainsi que les effets aléatoires de la vache et du bloc. La CUD a eu un effet plus marqué sur les vaches multipares que sur les primipares; les vaches multipares qui ont reçu la ration HED ont présenté une consommation volontaire de matière sèche plus élevée (P < 0,0001) à compter de la semaine -3 avant le vêlage et des augmentations des rendements en lait (24,8 %; P = 0,02), en matières grasses (37,7% ; P = 0,007), en protéines brutes (14,0 %; P = 0,04) et en solides totaux (35,3 %; P = 0,02) pendant toute la période d’échantillonnage, par rapport aux vaches multipares qui ont consommé la ration LED. Aucune différence n’a été observée entre les rations de préparation au vêlage pour les traites spécifiques. Contrairement aux rations pré-partum, les rations post-partum n’ont pas entraîné de différences entre les vaches multipares et primipares. En moyenne, les vaches APD ont eu tendance à produire 200 g de solides totaux de plus (P = 0,06), 85,4 g de protéines brutes de plus (P = 0,04) et 3,4 mg/dL d’azote uréique de moins (P = 0,04) que les vaches HPD. Aucune différence n’a été observée pour les concentrations d’IgG; cependant, les vaches LED-APD ont produit 31,2 g (P = 0,02) d’IgG supplémentaires par rapport aux vaches LED-HPD au cours de la période d’échantillonnage. Les résultats suggèrent qu’augmenter la densité énergétique de la ration de préparation au vêlage pourrait améliorer les rendements en composants du lait, à l’exception des IgG, chez les vaches multipares en début de lactation.


Gagnants antérieurs

Bourse nationale de l’ANAC
2021: Melissa Williams, University of Guelph
2020: Liam Kelln, University of Saskatchewan
2019: Casey Havekes, University of Guelph
2018: Victoria Seip, University of Guelph
2017: Haley Leung, University of Guelph

Bourse de l’est
2016: Heather Reinhardt, University of Guelph
2015: Melissa Wiseman, University of Guelph
2014: Elizabeth Ellis, University of Guelph
2013: Emily Miller, University of Guelph 
2012: Natalie Litvak, University of Guelph
2011: Jaclyn Elyse Love, University of Guelph
2010: Hector R. Martinez Ramirez, University of Guelph
2009: Daniel Columbus, University of Guelph
2008: Katie Wood, University of Guelph

Bourse de l’ouest
2016: Sasha van der Klein, University of Alberta
2015: Janna Moats, University of Saskatchewan
2014: Faustin Joy, University of Saskatchewan
2013: Megan DeVisser, University of Saskatchewan
2012: Aman Deep, University of Saskatchewan
2011: Matthew Walpole, University of Saskatchewan
2010: Prajwal Regmi, University of Alberta
2009: Amanda Van De Kerckhove, University of Saskatchewan
2008: Kristopher Wierenga, University of Alberta
2007: Thomas Nortey, University of Saskatchewan

Retour haut de page