Symposium pré-colloque

Patrick Hoffman, University of Wisconsin-Madison

Patrick Hoffman est un professeur émérite à l’Université du Wisconsin-Madison, alors qu’il a obtenu son baccalauréat à l’Université du Wisconsin-Platteville et sa maîtrise à l’Université du Wisconsin-Madison. Durant ses 37 années à ce poste, le professeur Hoffman a mené des recherches nutritionnelles appliquées sur les bovins laitiers et il était chargé des programmes d’extension des services éducationnels dans le secteur laitier.

Auteur de plus de 200 manuscrits et résumés scientifiques, il a reçu de nombreux prix, tant pour ses recherches que pour ses programmes d’éducation. Le professeur Hoffman a également servi durant six ans comme scientifique des produits laitiers pour Vita Plus Corporation, située à Madison, Wisconsin, développant des modèles avancés de nutrition laitière. Il sert actuellement à titre de conseiller professionnel auprès de l’industrie de la nutrition laitière.

Dre Casey Owens, University of Arkansas

Dre Casey Owens a reçu son baccalauréat en science avicole ainsi que sa maîtrise et son doctorat en science et technologie des aliments de l’Université du Texas A&M, en 1994, 1996 et 1999, respectivement. Elle appartient au corps professoral du Département de science avicole à l’Université de l’Arkansas depuis 2000, alors qu’elle sert présentement à titre de professeure et qu’elle détient la Chaire internationale Novus de science avicole. Son poste consiste en 75 % de recherche, 15 % d’enseignement et 10 % de service.

La recherche de Dre Owens vise particulièrement l’évaluation de la production et des facteurs de transformation qui touchent la qualité de la viande de volaille, incluant la tendreté, la capacité de rétention d’eau, la couleur et les caractéristiques sensorielles. Sa recherche récente portait sur la qualité de la viande des poulets à griller dans les programmes du marché des gros oiseaux, y compris les myopathies des muscles pectoraux telles la strie blanche et le « woody breast », ainsi que les problèmes avec la texture de la viande, incluant les technologies pour détecter les myopathies dans la viande de volaille. Ce travail lui a valu le Prix de recherche sur les poulets à griller du National Chicken Council. Ses travaux de recherche passés comprennent la tendreté de la viande et les méthodes pour évaluer celle-ci, avec la mise au point de la trancheuse Meullenet-Owens et l’utilisation de marinades pour obtenir une viande de volaille de meilleure qualité. Elle a publié plus de 90 articles révisés par les pairs et plus de 150 résumés de recherche, de même que 45 chapitres d’ouvrages et articles de presse populaires. Elle a donné plus de 75 présentations invitées, à l’échelle nationale et internationale. Elle a aussi été rédactrice thématique et rédactrice en chef adjointe au journal Poultry Science, dans la section transformation et produits.

En plus de ses recherches, Dre Owens enseigne la technologie des œufs et de la viande, et les aliments tonifiants à valeur ajoutée, aux étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs en science avicole, en science alimentaire et en science animale. Elle donne aussi des ateliers de l’industrie sur la transformation et la transformation ultérieure de la viande et des œufs. Servant comme présidente du programme de premier cycle et conseillère pédagogique, Dre Owens a dirigé la recherche de plusieurs étudiants de cycle supérieur faisant leur doctorat et leur maîtrise, en plus de la recherche des étudiants prédiplômés.

Dr Micheal Tokach, Kansas State University

Nommé parmi les 50 personnes ayant eu la plus grande influence sur l’industrie porcine aux États-Unis dans les 50 dernières années, Mike Tokach, professeur universitaire distingué en science et industrie animale, est chercheur en nutrition porcine et vulgarisateur spécialisé à l’Université d’État du Kansas. Mike s’est joint à la K-State en 1991 et il est l’auteur de plus de 420 articles dans des journaux scientifiques, 11 chapitres d’ouvrages et plus de 1100 articles de vulgarisation non référencés. Il a reçu au-delà de 22 millions $ en bourses et en prix de recherche. Mike s’est aussi vu accorder sept brevets pour ses recherches et il a donné plus de 350 exposés didactiques invités dans le cadre de conférences nationales et internationales. Il a également conseillé et mentoré plus de 110 diplômés d’études supérieures et professeurs visiteurs depuis qu’il est à l’université. Son épouse Lisa se spécialise également dans les porcs en tant que vétérinaire. Ensemble, ils ont trois enfants, Sage, Rogan et Fiona.

Ethan Stas, Kansas State University

Originaire de la Pennsylvanie, Ethan a grandi en s’impliquant dans l’agriculture à travers l’établissement vétérinaire de sa famille et dans l’industrie des expositions porcines. Il a décroché son baccalauréat en science animale à l’Université d’État de la Pennsylvanie, en 2020. Ses internats dans des exploitations porcines commerciales ont donné à Ethan une passion pour l’industrie du porc et l’ont incité à parfaire son éducation dans une école d’études supérieures. Ethan a reçu sa maîtrise en nutrition porcine appliquée de l’Université d’État du Kansas, en 2022, et il a depuis entrepris son programme de doctorat. Sa recherche a porté surtout sur les porcelets en pouponnière précoce. Durant sa maîtrise, il a étudié l’évaluation de diverses sources de protéines dans les régimes en pouponnière précoce, en plus de mesurer la capacité de fixation en acide (CFA) d’ingrédients courants et de créer des régimes conçus pour les porcelets en sevrage. Sa recherche doctorale continue à cibler la CFA, dans un effort pour améliorer l’état de santé et le rendement subséquent des jeunes porcelets en pouponnière. Ethan a acquis de l’expérience dans la gestion des données et l’analyse statistique avec du personnel de recherche commerciale. Il dirige présentement l’installation de sevrage précoce de l’Université d’État du Kansas, où des collègues étudiants diplômés mènent des projets de recherche.

Dr Ludovic Lahaye, Jefo Nutrition Inc.

Ludovic Lahaye a étudié la biologie et la production animale à l’Université de Rennes 1, en France, avant d’obtenir son doctorat en nutrition animale à l’École nationale supérieure agronomique de Rennes (AGROCAMPUS OUEST), en France, en 2004. En tant que technicien de recherches et doctorant à l’INRA, l’Institut national de la recherche agronomique à Rennes, de 2000 à 2004, Ludovic a exploré « l’impact des traitements technologiques de la fabrication d’aliments du bétail sur la digestibilité transiléale des acides aminés et sur les pertes endogènes associées chez le porc ». De 2004 à 2008, Ludovic a travaillé comme directeur du soutien technique chez Yara Helsingborg AB (auparavant Kemira GrowHow AB), en Suède, où il était chargé de fournir l’assistance technique et scientifique aux services des ventes et du marketing sur l’éventail des acidifiants d’aliments du bétail et des produits de phosphate alimentaire inorganique. Ludovic travaille à Jefo Nutrition Inc. depuis 13 ans; il est présentement directeur de la curiosité scientifique appliquée (CSA) chez les monogastriques. Dans son rôle, il dirige l’équipe CSA, qui est responsable de la recherche et du développement sur les nouveaux produits et applications, en plus des produits actuels associés aux différentes espèces de monogastriques. L’équipe fournit également du soutien technique sur demande aux équipes de support et de vente, ainsi qu’au réseau de distributeurs.

Dr Jonathan Broomhead, Perstorp Animal Nutrition

Dr Broomhead a obtenu son doctorat en nutrition animale à l’Université du Missouri. Il évolue dans l’univers des additifs aux aliments pour animaux depuis 17 ans, ayant occupé des fonctions touchant la nutrition, l’innovation et la gestion technique, exerçant des responsabilités tant à travers le monde qu’en Amérique du Nord. Ses champs d’expertise comprennent les protéines animales, l’amélioration des mycotoxines (liants), les enzymes et les produits de santé intestinale. Dr Broomhead est le directeur technique pour l’Amérique du Nord et le Mexique de Perstorp Animal Nutrition, un fabricant d’acides organiques primaires.

Plénière d’ouverture

Dre Alison Duncan, University of Guelph

Alison Duncan est une professeure et une co-directrice de la recherche à l’Unité de recherche sur les nutriceutiques humains du Département de la santé humaine et des sciences de la nutrition, à l’Université de Guelph. La formation universitaire d’Alison se concentre sur la nutrition, avec un baccalauréat en nutrition humaine appliquée de l’Université de Guelph; elle a aussi reçu une formation de diététiste au Centre des sciences de la santé Sunnybrook de Toronto, en plus de décrocher une maîtrise en sciences de la nutrition à l’Université de Toronto ainsi qu’un doctorat en sciences de la nutrition à l’Université du Minnesota. Son enseignement et ses recherches portent sur les effets des aliments fonctionnels sur les résultats de santé humaine examinés lors d’études cliniques chez l’humain, portant particulièrement sur le continuum agroalimentaire-santé. Alison sert présentement en tant que directrice du programme de recherches pour le programme d’application et de transfert des connaissances de l’Alliance pour l’innovation agroalimentaire en Ontario. Alison a été présidente de la Société canadienne de nutrition, alors qu’elle siège présentement au comité de rédaction du Journal of Nutrition. Elle a été récemment nommée Fellow de L’Association canadienne des diététistes.

Dre Robin White, Virginia Tech

Robin a obtenu son baccalauréat et son doctorat en science animale à l’Université d’État de Washington. Puis, elle a fait la transition vers une fonction postdoctorale à l’Institut polytechnique et Université d’État de la Virginie (Virginia Tech), où elle est présentement professeure agrégée d’administration des systèmes relatifs aux animaux. Dre White dirige un groupe de recherche qui veut nous permettre de mieux comprendre la nutrition des ruminants et de miser sur la nutrition et la technologie comme des stratégies pour améliorer la durabilité des systèmes de production de bétail. Son travail consiste à évaluer les mécanismes de base gouvernant la fermentation du rumen, appliquer des modèles mathématiques et des technologies pour rendre plus efficace la production de viande et de lait, et investiguer les stratégies systémiques pour allonger la durabilité des systèmes alimentaires. White donne des cours de premier cycle sur la nutrition et les enjeux actuels en science animale, ainsi que des cours supérieurs sur la nutrition des ruminants.

Dr Manuel Juárez, Agriculture & Agri-Food Canada

Le Dr Manuel Juárez coordonne le programme sur la phénomique des animaux d’élevage, qui établit des liens entre la génomique du bétail et la recherche phénotypique axée sur la production de viande. Le Dr Juárez adopte une démarche holistique pour évaluer les interactions entre les facteurs génétiques et environnementaux, afin d’être en mesure de quantifier leur contribution relative sur le rendement boucher, la carcasse et les caractères de qualité de la viande. Les éleveurs peuvent bénéficier de la possibilité de sélectionner et de trier les animaux en fonction des conditions actuelles et prévues du marché. Son objectif est l’optimisation des systèmes de production animale, afin de maximiser la rentabilité, tout en maintenant ou en améliorant la qualité des carcasses et de la viande.

Dre Maria Devant, Institute of Agrifood Research and Technology

Maria Devant possède de solides antécédents de recherche et développement dans la production de porcs et de ruminants. Dans les deux dernières décennies, elle a focalisé sa carrière scientifique dans la production bovine sur une meilleure efficience des aliments du bétail et sur l’augmentation des rendements économiques, tout en minimisant l’impact sur l’environnement, en améliorant le bien-être des animaux et en offrant aux consommateurs des produits de qualité supérieure à travers la recherche et l’innovation. Pour atteindre cet objectif, créer et diriger la Table d’innovation bovine a été crucial. Cette rencontre annuelle réunit 12 individus représentant toute la chaîne de production pour proposer et fixer des priorités visant les demandes sociétales nouvelles et émergentes, comme la réduction de l’usage des antibiotiques. Dre Devant cherche la collaboration à l’intérieur et à l’extérieur de l’IRTA, quand elle a besoin d’une expertise en dehors de ses propres domaines de nutrition et de gestion. Depuis cinq ans, elle concentre ses recherches sur deux sujets : améliorer la viabilité des bovins et le rétablissement des animaux après des périodes de stress, à l’aide de stratégies nutritionnelles et gestionnaires. Ses nombreux travaux lui ont permis de publier plus de 50 articles révisés par les pairs dans d’importants journaux internationaux (quartile 1, 80 %) et présenter plus de 130 communications et affiches à des congrès scientifiques. Outre ses activités de recherche, elle dirige le Programme de production des ruminants (depuis 2016) et le Programme de nutrition animale (depuis 2021), en plus d’être membre du Groupe de coordination scientifique (depuis 2018), à l’IRTA. Dans ses rôles avec ces équipes de collaboration scientifique, Dre Devant a ouvert ses horizons sur différentes perspectives, elle est davantage en mesure de conceptualiser le grand portrait et réussit mieux à rapprocher les individus pour rallier un groupe autour d’une mission commune.

Miranda Buchinski, University of Saskatchewan

Originaire de Langley en Colombie-Britannique, Miranda a grandi entourée d’animaux.  Elle a reçu un BSc. en biosciences animales de l’Université de la Saskatchewan en mai 2021, s’intéressant alors à la nutrition animale.  Suite à sa convocation, elle a débuté son travail de maîtrise sous la supervision de Dr Dan Columbus au Prairie Swine Centre. Ses travaux portent principalement sur le métabolisme des protéines et des acides aminés chez le porc, en particulier l’inclusion de nitrogène non protéique dans les rations alimentaires porcines. Elle prévoit œuvrer au sein de l’industrie suite à l’obtention de sa maîtrise.  

Séance sur les monogastriques

Dr Elijah Kiarie, University of Guelph

Dr Kiarie est un professeur agrégé, présidant la Chaire de la famille McIntosh en nutrition animale à l’Université de Guelph. Il a obtenu son doctorat et sa formation postdoctorale en nutrition des monogastriques à l’Université du Manitoba. Son programme de recherche canalise la recherche fondamentale et appliquée pour résoudre des enjeux contemporains touchant la production de protéines animales. Les cibles actuelles de recherche sont : 1) Intégration de stratégies nutritionnelles chez les parents, dans l’œuf et en début de vie, afin de favoriser le développement gastro-intestinal et squelettique pour une meilleure productivité et la réduction de l’usage des antibiotiques; et 2) Évaluation des nouveaux ingrédients des aliments du bétail, des technologies servant à transformer ces aliments et des additifs novateurs conçus pour réduire leurs coûts et l’impact environnemental de la production de protéines animales. Il donne des cours de premier cycle sur la nutrition des monogastriques et les troubles animaux et des cours de second cycle universitaire sur la croissance et le métabolisme.

Dr Danyel Bueno Dalto, Sherbrooke Research and Development Centre 

Dr Danyel Bueno-Dalto est un vétérinaire de l’Université d’État de Londrina, au Brésil, où il a obtenu sa maîtrise et son doctorat. Dr. Dalto est présentement chercheur scientifique au Centre de recherche et de développement de Sherbrooke, faisant porter ses travaux sur la nutrition porcine et plus particulièrement sur le métabolisme des vitamines et des oligominéraux. Son programme de recherche cible trois grands aspects : 1) qualité de l’ovulation et développement de l’embryon; 2) robustesse du porcelet avant et après le sevrage (comme alternative à l’usage des antibiotiques et des hauts niveaux d’oxyde de zinc; et 3) détermination des meilleurs niveaux d’oligominéraux dans les aliments des animaux pour réduire l’impact environnemental – la contamination du sol et de l’eau – des niveaux élevés de métaux lourds dans le fumier de porc.

Dr Bruce Rathgeber, Dalhousie University

Bruce Rathgeber est professeur agrégé au Département des sciences animales et de l’aquaculture à l’Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse, au Canada. Il a obtenu son baccalauréat en sciences, avec spécialisation en science de la volaille, à l’Université de la Saskatchewan. Il a ensuite travaillé pourShaver Poultry Breeding Farms, puis chez Cuddy Chicks, avant de s’enrôler dans un programme de maîtrise au Département de science de la volaille de l’Université de l’Arkansas. Après cela, il est retourné à l’Université de la Saskatchewan pour faire son doctorat en science des aliments. Bruce est devenu membre du corps enseignant au Département des sciences végétales et animales du Collège agricole de la Nouvelle-Écosse, en 2000. Après six années à ce poste, il s’est joint au ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, à titre de chercheur scientifique. En 2015, il est entré dans le corps enseignant du Département des sciences animales et de l’aquaculture de l’Université Dalhousie, à Truro, en Nouvelle-Écosse. Les domaines qui l’intéressent présentement dans ses recherches comprennent l’influence des pratiques de production et de la nutrition sur le rendement des oiseaux et sur la salubrité et la qualité des produits, tant pour la viande que pour les œufs des oiseaux. Bruce sert actuellement comme président de la division canadienne de la World’s Poultry Science Association et un directeur du Atlantic Poultry Research Institute. Il a accompagné 20 étudiants à la maîtrise et deux étudiants au doctorat, alors qu’il siège ou a siégé à 44 autres comités d’étudiants de cycle supérieur et qu’il a supervisé 54 projets spéciaux d’étudiants de premier cycle. Il est l’auteur ou le coauteur de 111 résumés dans des réunions scientifiques, 47 articles évalués par les pairs et 8 articles dans des revues professionnelles, en plus d’avoir donné 15 présentations invitées. Dans ses loisirs, Bruce aime jardiner, élever des poissons tropicaux, faire du vélo de montagne et de la randonnée pédestre avec sa famille.

Dr Martin Nyachoti, University of Manitoba

Le Dr Martin Nyachoti est un professeur à l’Université du Manitoba. Il détient un baccalauréat en agriculture de l’Université de Nairobi, ainsi qu’une maîtrise et un doctorat en nutrition animale de l’Université de Guelph. La recherche actuelle du Dr Nyachoti porte sur la nutrition et la santé intestinale des non ruminants, l’énergie et l’emploi des nutriments (principalement le nitrogène et le phosphore), de même que sur l’évaluation des ingrédients d’aliments du bétail. Le nombre actuel de ses publications comprend 270 articles de journaux révisés par les pairs. Ses travaux ont été reconnus avec plusieurs prix, incluant le Prix du jeune scientifique Pfizer, le Prix d’excellence en nutrition et science de la viande et le Prix d’innovation technique dans la production d’aliments salubres et abordables de la Société canadienne de science animale, le Prix de recherche en nutrition des non ruminants dans les associations industrielles de fabrication d’aliments du bétail en Amérique, de l’American Society of Animal Science, ainsi que plusieurs Prix de mérite pour l’excellence en recherche de l’Université du Manitoba.

Jung Lu, Dalhousie University

Jing Lu est doctorante au Département de science animale à l’Université Dalhousie. Sa recherche porte sur l’évaluation des nouveaux ingrédients d’aliments du bétail et de leurs propriétés thérapeutiques sur la santé intestinale des animaux, en portant une attention particulière sur le microbiome de l’intestin et son interaction avec l’hôte. La recherche de Jing est motivée par sa passion pour la nutrition animale durable et par sa détermination à améliorer la santé et le bien-être des animaux à travers des solutions novatrices, comme les soins en début de vie à travers la supplémentation dans l’œuf. Elle a récemment reçu une bourse d’études Scotia Bank Agricultural Graduate Scholarship et un prix Phillip Stead Memorial Excellence in Student Leadership Award, en reconnaissance de ses contributions au monde universitaire et aux compétences de leadership. En outre, Jing s’est méritée plusieurs prix dans des concours de présentation par des diplômés au cours des années, ce qui met en relief ses capacités de recherche et ses compétences de communication.

Séance sur les ruminants

Dr Eduardo Ribeiro, University of Guelph

Ayant grandi sur une petite ferme familiale dans le sud du Brésil, Dr Eduardo Ribeiro a obtenu son diplôme de médecine vétérinaire en 2008 à l’Université d’État de Santa Catarina. En 2009, il a déménagé en Floride pour entreprendre ses études de cycles supérieurs au Département des sciences animales de l’Université de la Floride, y complétant une maîtrise en 2011 et un doctorat en 2015. L’année suivante, Dr Ribeiro s’est joint au Département des sciences biologiques animales de l’Université de Guelph en tant que professeur adjoint et, en 2020, il a été promu au poste de professeur agrégé. Dr Ribeiro enseigne la santé des animaux et la reproduction animale à des étudiants de premier cycle et de cycle supérieur, alors qu’il dirige un programme de recherche en santé génésique des bovins laitiers. Le but de son programme de recherche multidisciplinaire, qui examine les problèmes liés à la santé transitionnelle et à la fertilité chez les vaches laitières – à tous les niveaux de l’organisation, de la conduite d’élevage à la biologie cellulaire –, est de développer de nouvelles solutions gestionnaires qui amélioreront en bout de ligne l’efficience et la durabilité de la production laitière.

Dre Stephanie Hansen, Iowa State University

Stephanie Hansen est professeure de nutrition en parc d’engraissement au Département de science animale à l’Université d’État de l’Iowa. Native de l’Iowa, elle a obtenu son baccalauréat à l’université d’État, puis sa maîtrise et son doctorat à l’Université d’État de la Caroline du Nord. Avec plus de 95 articles révisés par ses pairs et plus de 10 millions de dollars de financement en tant que Co-Cp ou Cp, elle a établi un programme de recherche original et percutant pour les bovins de boucherie. Un des principaux objectifs de son programme est d’améliorer les exigences minérales pour les bovins, notamment en ce qui touche l’optimisation de la croissance et la résilience face au stress. Tôt dans sa carrière, elle a reçu des prix de recherche de l’Université d’État de l’Iowa, de la section Midwest de l’ASAS et de l’ASAS elle-même. Dre Hansen se passionne pour la formation de la prochaine génération de zootechniciens. Elle donne des cours sur la nutrition animale, la nutrition des ruminants et le métabolisme des micronutriments. Elle coprésente également un balado sur le mentorat des diplômés appelé Mentoring Matters [Le mentorat compte]. Les diplômés de son programme servent l’industrie et l’université. Elle aime la randonnée pédestre, la photographie et elle a récemment publié son premier roman de fiction.

Dr Robert J Van Saun, Pennsylvania State University

Robert Van Saun a reçu son diplôme de D.M.V. de l’Université d’État du Michigan en 1982. Il a exercé dans le nord de l’État de New York au sein d’une exploitation principalement laitière avant de retourner au Michigan pour compléter une maîtrise en nutrition (1988) et une résidence en thériogénologie (reproduction animale). Dr Van Saun a complété un programme de doctorat en nutrition animale à l’Université Cornell (1993). Il est médecin agrégé détenant un certificat de spécialiste du Collège américain des thériogénéalogistes et du Collège américain de médecine interne vétérinaire (Nutrition). Dr Van Saun était membre de la faculté au Collège de médecine vétérinaire de l’Université d’État de l’Orégon, de 1992 à 2000, et il a travaillé dans les industries laitières et des petits ruminants (moutons, chèvres, camélidés) sur la côte nord-ouest du Pacifique. Dr Van Saun a mené à bien des projets de recherche sur la vitamine D, la lipidose hépatique et la nutrition d’oligoélément chez les petits ruminants. Dr Van Saun s’est joint à la faculté de l’Université d’État de la Pennsylvanie en 2000, à titre de vétérinaire en poste. Robert fournit des programmes d’éducation permanente pour de multiples espèces sur divers sujets touchant la nutrition, la santé animale et la reproduction, à l’échelle régionale, nationale et internationale. Il est chargé de cours sur la parasitologie, le contrôle des maladies et la pathologie des maladies de la nutrition. Ses intérêts de recherche comprennent le rôle de la nutrition dans la santé et le rendement des animaux, en particulier la nutrition des animaux en gestation et l’amélioration des tests diagnostiques pour évaluer le statut nutritionnel.

Dre Leluo Guan, University of Alberta

Dre Leluo Guan est professeure et doyenne associée des études aux cycles supérieurs à la Faculté des sciences de l’agriculture, de la vie et de l’environnement de l’Université de l’Alberta, à Edmonton, Canada. Dre Guan est une pionnière dans la communauté des chercheurs sur le microbiome intestinal des bovins. Son programme de recherche porte sur ces sujets : 1) Élucidation des mécanismes moléculaires dans les interactions microbiennes chez l’hôte en caractérisant l’écologie microbienne de l’intestin des bovins et ses fonctions à l’aide de méthodes en métagénomique/métatranscriptomique et l’expression de certains gènes de l’hôte grâce à une approche fondée sur la génomique fonctionnelle; 2) Rapport entre l’écologie microbienne de l’intestin et l’efficience des aliments du bétail, l’émission de méthane et le développement immunitaire de l’intestin chez les bovins de boucheries et les bovins laitiers; et 3) Étude du transcriptome bovin, du protéome et des microARN non codants, et de leurs rôles dans des traits économiques importants. Dre Guan a rédigé ou corédigé 242 publications révisées par des pairs et huit chapitres d’ouvrages, avec un indice h de 61,0. Elle a obtenu >33,9 millions $ en financement de recherches (>10,5 millions $ comme Cp et >23,4 millions $ comme Co-Cp) et donné une formation à un total de 38 étudiants diplômés et 21 postdoctorants. Pour sa contribution, Dre Guan s’est méritée plusieurs récompenses prestigieuses, incluant le prix de l’innovation technique pour l’amélioration de la production d’aliments salubres et abordables de la Société canadienne de science animale, en 2013, une bourse Killam, en 2017, de même que le prix de physiologie Zoetis de l’ADSA et une bourse de recherche de la Société canadienne de science animale, en 2021.

Myriam Landry, Université Laval

Myriam Landry a obtenu un baccalauréat en agronomie de l’Université Laval à Québec. Sous la supervision de Dr Rachel Gervais du Département des sciences animales de l’Université Laval, elle a réalisé un projet de recherche de maîtrise portant sur les effets de l’augmentation de la fréquence de traite et de la supplémentation en lipides sur les performances des vaches laitières et la qualité du lait cru du point de vue de la transformation. Sous la même supervision, elle entreprend maintenant des travaux portant sur la supplémentation en lipides alimentaires chez la vache laitière et ses effets sur la production de lait, sur la composition du lait et sur les propriétés technologiques du lait.

Plénière de clôture

Dr. Jamie Dallaire, Université Laval

Jamie Ahloy-Dallaire est professeur adjoint à l’Université Laval, où il enseigne dans les programmes d’agronomie et de sciences animales sur les sujets du comportement, du bien-être et de l’éthique animale. Sa recherche en éthologie appliquée porte sur l’évaluation et l’amélioration du bien-être des animaux de ferme et de laboratoire. Ses projets antérieurs ont abordé des sujets variés, incluant les comportements anormaux, le jeu chez les juvéniles, l’évaluation de la douleur, la validité des modèles animaux en recherche biomédicale et le développement d’outils automatisés pour la surveillance du comportement. Sa programmation de recherche actuelle, menée principalement chez les porcs, porte sur les déterminants sociaux et développementaux de la robustesse – la capacité d’un animal à surmonter diverses menaces à son bien-être. Jamie Ahloy-Dallaire s’implique aussi activement auprès des organismes réglementaires en matière de bien-être animal, notamment le Conseil canadien de protection des animaux.

Retour en haut