Article

Santé Canada publie la consultation sur les changements touchant les antimicrobiens

août 18, 2017

La résistance aux antimicrobiens et la perte potentielle de l'efficacité des antimicrobiens à utiliser, en particulier dans la médecine humaine, est une question hautement prioritaire qui influe sur la réglementation et la politique au Canada et dans le monde. Depuis un certain temps, l’ANAC communique à ses membres les changements prévus à l’utilisation d'antimicrobiens médicalement importants (AMI) pour le bétail. Le 5 juillet, Santé Canada a lancé officiellement sa consultation concernant ce changement de politique.

L’ANAC a travaillé en étroite collaboration avec Santé Canada, l’ACIA, l’Institut canadien de la santé animale ainsi qu'avec des groupes de producteurs et de vétérinaires afin de minimiser l’impact des changements proposés sur l'industrie de l'alimentation animale. Les changements proposés recommandent une surveillance vétérinaire croissante, y compris le transfert de tous les AMI du statut de vente libre à la liste des drogues sur ordonnance (LDO), ce qui alignera le Canada avec l'UE, les États-Unis et d'autres importants partenaires commerciaux.

Quelles répercussions ce changement aura-t-il sur l'industrie de l'alimentation animale commerciale? Voici un résumé des impacts :

Tous les aliments traités avec un AMI devront être administrés sous ordonnance vétérinaire. Toutefois, si l’aliment est utilisé selon l'étiquette et en conformité du RNSM, l’ordonnance ne sera requise qu'au moment de la vente (c'est-à-dire la distribution). Tous les aliments médicamentés hors étiquette continueront d’exiger une ordonnance avant la fabrication (statu quo).

Toutes les formes d’AMI seront touchées, y compris, mais sans s'y limiter, les antimicrobiens injectables, dans l'eau et dans les aliments. Par conséquent, les fabricants d’aliments pour animaux ne pourront plus vendre des antimicrobiens directement aux producteurs. Toutes les ventes devront passer par une entreprise de distribution approuvée. La définition d’une entreprise de distribution approuvée varie selon la réglementation provinciale; cependant, les fabricants d’aliments commerciaux ne sont pas présentement inclus dans cette réglementation. Les vétérinaires et les pharmacies sont ceux qui sont approuvés dans la plupart des provinces. Les fabricants d’aliments ne pourront vendre des AMI aux producteurs que sous forme d’aliments médicamentés (prémélanges, suppléments ou aliments complets).

Il est prévu que les AMI passeront du statut de vente libre à la LDO au début de 2018 avec une période de transition allant jusqu'à décembre 2018. L’ANAC continuera de collaborer avec le gouvernement et l'industrie et d’informer ses membres des futurs développements. Nous nous attendons à ce que le Règlement sur les aliments du bétail modernisé incorpore certains changements relatifs aux exigences portant sur les ordonnances d’aliments médicamentés qui aideront à alléger le fardeau de notre industrie. Il s'agit notamment d'autoriser les signatures électroniques et de permettre aux ordonnances d'inclure le nombre d'animaux à traiter et la durée plutôt que le tonnage.

Pour plus de détails au sujet de la consultation, cliquez ICI.